21 – Les métiers de la santé de demain – Note de synthèse et de recommandations (Avril 2024)

Cette note de synthèse est le résultat de l’étude sur les métiers de la santé de demain réalisée en partenariat entre Santé mondiale 2030 et l’Agence française de développement.

Cette étude est disponible sur notre site : https://santemondiale2030.fr/note-verte-les-metiers-de-la-sante-de-demain/

Cette synthèse vise à souligner :

  • Les points saillants de l’étude : repenser les modèles de formations, les trajectoires et les carrières face au défi global du manque de soignants, mettre en valeur d’autres professions ou métiers intermédiaires (métiers du « care », médecins de santé publique, agents de santé communautaire). Le document présente un certain nombre de défis présents et futurs, avec un focus sur les évolution des besoins en santé dans la région Afrique de l’OMS.
  • Les recommandations portées par Santé mondiale 2030 :
    1. Ne pas réduire les métiers de la santé au métier du soin
    2. Investir massivement dans les ressources humaines en santé
    3. Former davantage, partout et autrement
    4. Assurer des conditions de travail décentes
    5. Garantir des mobilités justes

Bonne lecture !


20 – Deux décennies de mutations de la santé dans le monde : document « diagnostic » (Janvier 2024)

Les deux dernières décennies ont été marquées par d’importants progrès en matière de santé à l’échelle mondiale. L’espérance de vie a connu une hausse significative, passant de 66,8 à 73,4 ans, traduisant un gain remarquable de 6,6 années.

Cependant, une tendance au ralentissement des progrès en santé s’est manifestée au cours de la deuxième décennie (2010-2020), soulevant des inquiétudes quant à leur universalité et leur pérennité. Ces progrès se déploient en effet de manière inégale entre les pays et les populations, et leur réversibilité est une préoccupation constante.

Quatre parties composent ce document : enjeux démographiques, principales tendances des maladies transmissibles et non transmissibles, impact de la crise climatique sur la santé, et un état des lieux de la couverture universelle en santé dans le monde.

Ce « diagnostic » propose une synthèse de deux décennies de mutation de la santé dans le monde. Cette analyse n’a pas vocation à être exhaustive, elle entend proposer une vision globale des principales tendances, et mettre en lumière les progrès accomplis sur ces deux décennies, pour mieux identifier les lacunes, les marges de progression, et les points d’alerte qui remettent en cause une partie des avancées. Nous avons souhaité regrouper des données éparpillées, trop souvent analysées « en silo », par thématique, pour les faire dialoguer et poser les fondements d’une réflexion plus globale sur les enjeux de santé mondiale.

Available in English :

Disponible en español :

19 – Recherche et enseignement de la santé mondiale : combler le retard français (Mai 2022)

Les filières d’enseignement, de recherche et d’expertise académique dédiées à la santé mondiale restent très insuffisantes en France. 

1- Le système académique français tel qu’il est actuellement organisé est peu propice à la production de nouveaux savoirs en santé mondiale : 

  • Pas d’enseignants chercheurs universitaires officiellement affiliés à une discipline « santé mondiale » 
  •  Très peu d’unités de recherche ayant un axe de recherche consacré à la santé mondiale
  • Une offre de formation en santé mondiale restreinte, dispersée et peu visible
  • Pas de mention « santé mondiale » dans les écoles doctorales
  • Un écosystème de savoir (associations, dispositifs de financements, colloques, revues spécialisées) qui émerge, mais qui peine encore à se structurer.

2- La France est peu présente dans les réseaux académiques internationaux dédiés à ces questions. L’expertise française en santé est reconnue à l’étranger, mais elle a une faible visibilité dans le domaine plus précis de la santé mondiale.

Il faut donc se poser la question des pistes à privilégier, le plus rapidement possible, pour développer la santé mondiale comme filière d’enseignement, de recherche et d’expertise académique en France. 

Nos recommandations : 

  • Créer une « task force » française des chercheurs et enseignants en santé mondiale impliqués dans un projet national de développement de cette filière d’enseignement et de recherche.
  • Susciter la création de masters dédiés à la santé mondiale, développer et animer un réseau de formations diplômantes proposant des enseignements sur ces enjeux, intégrer des cours dédiés à la santé mondiale dans les cursus d’un nombre important de formations, notamment en sciences politiques, sociales, environnementales et médicales.
  • Stimuler la création de mentions « santé mondiale » au sein des différentes écoles doctorales.
  • Dynamiser la production de nouveaux savoirs en santé mondiale en stimulant et en finançant davantage la recherche interdisciplinaire sur des priorités affichées en santé mondiale.
  • Renforcer la formation des décideurs sur les enjeux de santé mondiale. 

Construire un continuum entre les chercheurs, les décideurs et les opérateurs de la santé mondiale. Les pouvoirs publics pourraient par exemple mobiliser davantage les universités et grandes écoles françaises au lieu de recourir quasi systématiquement à des cabinets d’études, à l’IGAS ou à la Cour des Comptes.

En lien avec cette note, nous avons listé les différents instituts de recherche, les différentes formations et les principaux réseaux internationaux dédiés à la santé mondiale. Ces listes ne sont pas exhaustives, elles ont vocation à être améliorées au fil du temps, n’hésitez pas à nous renvoyer des informations pour que nous puissions les compléter !


18 – Santé numérique et santé mondiale (Novembre 2021)

Alors que la pandémie de Covid-19 a imposé l’utilisation des technologies numérique