Jean-François Delfraissy

Jean-François Delfraissy

PRESIDENT

Le Professeur Delfraissy a été de 2005 à fin 2016, Directeur de l’ANRS (France Recherche Nord&Sud Sida-hiv Hépatites). Entre 2008 et 2017, il a dirigé l’institut d’Immunologie, Inflammation, Infectiologie et Microbiologie de l’Inserm-AVIESAN. Il est le président du comité local de la recherche biomédicale et en santé publique de l’hôpital Bicêtre Paris-Sud (AP-HP).  Il est professeur émérite à l’Université du GH Paris-Sud.

Chef du Département de Médecine Interne au CHU Paris-Sud (AP-HP) (1996-2013), le Professeur Delfraissy a démontré une longue et vaste expérience en immunologie clinique, virologie clinique et en santé publique, Il a dirigé plusieurs programmes de recherches et d’essais thérapeutiques de l’ANRS et publié plus de 450 articles dans le domaine de l’immunologie, la médecine interne, et l’infection au VIH. Il a organisé de nombreux congrès scientifiques internationaux et a présidé plusieurs conseils scientifiques internationaux sur le VIH/SIDA. Le Professeur Delfraissy est de longue date impliqué dans les questions de recherche opérationnelle dans les pays à ressources limitées, Il a été responsable au Cambodge du Programme ESTHER et de la recherche clinique du Site ANRS « Asie du Sud Est ». Il co-présidera la conférence scientifique IAS/ANRS sur HIV Science en juillet 2017 à Paris.

En Juillet 2014, il a mis en place et coordonné la recherche sur Ebola à travers le réseau pluridisciplinaire Inserm-Aviesan. La même année, il a été nommé par le Premier Ministre coordinateur interministériel de l’ensemble des opérations internationales et nationales de réponse à l’épidémie d’Ebola.

Il a été le premier président du Conseil Scientifique de Sidaction et est membre du Conseil d’Administration.

Il est membre du Conseil Consultatif Scientifique et Technique (STAC) de l’OMS sur le VIH, les hépatites, Ebola et Zika et est membre du Conseil Scientifique de l’ONUSIDA.

Il a été nommé Officier de l’Ordre National de la Légion d’honneur en 2010.

Depuis le 4 janvier 2017, il est Président du Comité Consultatif National d’Ethique pour les sciences de la vie et de la santé.

Depuis le 11 Mars 2020, il est Président du conseil scientifique Covid-19.

Françoise Barré-Sinoussi

Françoise Barré-Sinoussi

VICE-PRESIDENTE

Françoise Barré-Sinoussi, chercheuse impliquée dans la recherche en rétrovirologie depuis le début des années 1970, est connue pour ses contributions dans le domaine du Sida, en particulier la découverte du VIH en 1983.
Directeur de recherche émérite à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), Présidente d’honneur du réseau international des Instituts Pasteur, elle a dirigé des travaux sur la pathogenèse du VIH / sida, en particulier sur les mécanismes nécessaires pour contrôler les infections VIH / SIV et/ou l’inflammation et l’activation délétère des lymphocytes T induite en réponse à ces infections.

Au-delà de ses activités de recherche, Françoise Barré-Sinoussi est une militante de la recherche multidisciplinaire et translationnelle et de la collaboration internationale en réponse à l’attente des patients quels qu’ils soient où qu’ils soient de par le monde. Selon ses engagements dans le renforcement des capacités et de la formation en Afrique et en Asie du Sud-Est, elle a d’ailleurs une longue expérience de la collaboration avec des pays à ressources limitées en relation avec le réseau international de l’Institut Pasteur et la coordination de programmes de recherche sur le Sida de l’ANRS au Cambodge et au Vietnam. En 2010, elle a lancé l’initiative de la Société Internationale du Sida (IAS) « Vers une guérison de l’infection VIH » dans le cadre de sa forte implication dans le plaidoyer pour accélérer des interventions en santé publique basées sur l’évidence scientifique.

Françoise Barré-Sinoussi est auteur et co-auteur de plus de 300 publications originales et de plus de 125 articles dans des ouvrages. Invitée à plus de 400 conférences et/ou réunions internationales, elle a été Présidente de l’IAS de 2012 à 2014 et reste membre ou présidente de nombreux conseils scientifiques ou comités consultatifs internationaux. Depuis 2009, elle est membre de l’Académie Nationale des Sciences en France. Elle a également reçu plus de 40 prix et distinctions nationales ou internationales, y compris le prix Nobel de médecine en 2008 pour ses contributions dans le domaine du VIH/Sida.

Officiellement à la retraite, Françoise Barré-Sinoussi n’en reste pas moins active sur la scène internationale. Présidente de Sidaction depuis novembre 2017, elle préside actuellement le Conseil scientifique de l’ANRS et est toujours co-présidente de l’initiative de l’IAS « Towards an HIV Cure » (vers une guérison du VIH). Présidente d’honneur du Réseau International des Instituts Pasteur, elle continuera à jouer un rôle majeur face aux défis de santé mondiale.

Louis Pizarro

Louis Pizarro

SECRETAIRE GENERAL

Louis Pizarro, médecin, est également diplômé en relations internationales à Sciences Po Paris et d’un MBA de l’EHESP. Il a occupé le poste de Chef de mission de Solthis au Niger avant de devenir Directeur général au siège de l’organisation jusqu’en 2020. Aujourd’hui, il travaille à Genève dans une organisation internationale.

Il est également enseignant en santé mondiale à Sciences Po Paris et à Paris I Panthéon-Sorbonne.

Marie-Paule Kieny

Marie-Paule Kieny

TRESORIERE

Directrice de recherche à l’INSERM, Marie-Paule Kieny est également Présidente du Conseil d’administration de la fondation Medicines Patent Pool et de DNDI (Drugs for neglected diseases initiative).

Le Docteur Marie-Paule Kieny a été nommée Sous-Directrice générale de l’OMS pour les systèmes de santé et l’innovation en novembre 2012. Depuis octobre 2010, elle exerçait la même fonction pour l’innovation, l’information, les bases factuelles et la recherche. Auparavant, le Docteur Kieny dirigeait l’Initiative OMS pour la recherche sur les vaccins depuis sa création en 2001.

Parmi les succès importants obtenus sous sa direction, on citera la mise au point et l’homologation de nouveaux vaccins contre la méningite et contre la grippe pandémique dans les pays en développement grâce au transfert novateur de technologies et de savoir-faire.

Les vaccins contre les maladies de la pauvreté et celles qui touchent davantage les populations pauvres et marginalisées ont été ses priorités depuis son arrivée à l’OMS pour le Programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales en 2001.

Avant d’entrer à l’OMS, le Docteur Kieny a occupé dans son pays d’origine, la France, des postes élevés dans la recherche, dans les secteurs public et privé: Directeur scientifique adjoint de la société Transgène de 1981 à 1988 et Directeur de la recherche et Chef du groupe de virologie moléculaire pour le virus de l’hépatite C à l’Institut de virologie, Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) de 1999 à 2000.

Elle est titulaire d’un doctorat en microbiologie de l’Université de Montpellier (1980) et d’un diplôme en économie de cette même université, ainsi que d’un diplôme d’habilitation à diriger des recherches de l’Université de Strasbourg (1995). Le Docteur Kieny a publié plus de 250 articles et études, principalement dans le domaine des maladies infectieuses, de l’immunologie et de la vaccinologie.

Le Dr Kieny a été faite Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’honneur en 2016, Chevalier de l’Ordre national du Mérite au titre du ministère de la Recherche en 2000, et a reçu le Prix Génération 2000-Impact Médecin (1994) et le Prix de l’Innovation Rhône-Poulenc (1991).

Paul Benkimoun

Paul Benkimoun

MEMBRE

Après avoir exercé pendant cinq ans comme médecin en centre de protection maternelle et infantile en Seine-Saint-Denis (La Courneuve), Paul Benkimoun s’est tourné vers le journalisme médical à plein temps à partir de 1988. Il a travaillé dix ans dans la presse médicale avant de rejoindre la rédaction du quotidien Le Monde en 1999 comme rédacteur spécialisé dans les questions de santé. Outre l’actualité, il y couvre notamment les épidémies et pandémies – en particulier celle du VIH/sida -, ainsi que les questions de santé mondiale.

Depuis 2006, Paul Benkimoun exerce une activité d’enseignant universitaire. De 2006 à 2015, il a occupé un poste de professeur associé à l’Université Bordeaux Ségalen (2006-2015), qui comprenait des enseignements dans le cadre du master « Histoire, philosophie et médiation des sciences » ainsi que dans le parcours de préparation aux concours des écoles de journalisme à l’IEP de Bordeaux. Depuis 2010, il est responsable du volet « Communication sur les risques liés aux médicaments » au sein du master européen en e-learning Eu2P « European program in Pharmacovigilance and in Pharmacoepidemiology » (enseignement en anglais) qui a été impulsé par l’Université de Bordeaux. S’y ajoutent des interventions à Sciences Po Paris et au CNAM.

Paul Benkimoun est l’auteur de plusieurs livres dans le domaine de la médecine ou de la santé, de même que dans celui du jazz. Parmi ses ouvrages figure « Morts sans ordonnance », qui relatait la bataille mondiale pour l’accès aux médicaments, culminant dans la Déclaration de Doha adoptée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Michel Cot

Michel Cot

MEMBRE

Michel Cot est médecin et épidémiologiste, docteur en sciences et directeur de recherche à l’IRD. Il dirige l’équipe « Populations : risques et interventions » de l’UMR 216 IRD-Université René Descartes « Mère et enfant face aux infections tropicales » (MERIT).

Il travaille depuis trente ans sur le paludisme gestationnel en Afrique sub-saharienne (mise en place et coordination du suivi de cohortes de femmes enceintes et de nouveau-nés exposés, et des essais cliniques de prévention du paludisme pendant la grossesse). Il a aussi travaillé sur la susceptibilité génétique de l’hôte humain au paludisme, et a contribué à la découverte d’un contrôle génétique des niveaux d’infection palustre dans des populations camerounaises.

Michel Cot a été impliqué dans la coordination d’essais cliniques en Afrique de l’Ouest.

Il est à l’origine de la création en 2015 de l’Institut de recherche clinique du Bénin (IRCB). Il a publié près de 150 articles scientifiques et participe au comité de rédaction de la revue Malaria Journal. Il a des activités d’enseignement et d’encadrement d’étudiants. Il siège dans les conseils scientifiques de nombreux projets internationaux et depuis 2006 il est professeur associé à l’Université de Tulane (États-Unis).

Il est membre du Haut Conseil de la Santé Publique depuis 2016 et de la commission spécialisée « maladies infectieuses et maladies émergentes ».

Sana de Courcelles

Sana de Courcelles

MEMBRE

Sana de Courcelles est conseillère santé de la représentation permanente de la France auprès des Nations unies à Genève depuis septembre 2019.

Elle a été Directrice exécutive de l’École d’Affaires Publiques de Sciences Po, et professeure affiliée dans les domaines de la réforme de l’Etat et de la Santé.

Elle était depuis 2014 au cabinet de la Sous-Directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en charge des Systèmes de Santé et de l’Innovation, à Genève.

Auparavant, elle a été conseillère parlementaire et affaires transverses auprès du Commissaire Général à l’Investissement, en charge des investissements d’avenir (« grand emprunt »), M. René Ricol puis M. Louis Gallois. Elle a commencé sa carrière en tant que consultante en stratégie et organisation dans le secteur public au sein de Capgemini consulting.

François Dabis

François Dabis

MEMBRE

François Dabis est Docteur en médecine, Professeur d’épidémiologie à l’École de santé publique (ISPED) de l’Université de Bordeaux. Il a plus de 30 ans d’expérience dans la recherche sur l’épidémiologie et la prévention du VIH et la santé mondiale.

Il a dirigé de 2001 à 2015 l’équipe de recherche sur le VIH en Afrique de l’Unité/Centre INSERM en Santé Publique au sein de l’Institut de Santé Publique (ISPED). Il est toujours membre des deux équipes de recherche sur le VIH et les hépatites virales (France et Afrique) du Centre Inserm U1219. Ses centres d’intérêts scientifiques portent sur les défis de santé publique, tant dans les approches préventives que de soins : prévention de la transmission mère – enfant du VIH, études de cohorte chez les adultes et les enfants sous traitement antirétroviral, utilisation des antirétroviraux à des fins préventives comme moyen de contrôle de l’épidémie. Le programme de recherche du Dr Dabis et de son équipe est mené en Aquitaine, en France, en Afrique de l’Ouest et en particulier en Côte d’Ivoire ainsi qu’en Afrique du Sud.

François Dabis a été Président de l’Action Coordonnée n°12 de l’Agence nationale de Recherches sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS) de 2003 à 2015, en charge du programme scientifique de l’Agence dans les pays à ressources limitées. Il a été de 2003 à 2012 le président du Conseil Scientifique de l’Institut national de la Veille Sanitaire (INVS). Il a publié à ce jour 676 articles dans des revues internationales (Source : PubMed/Medline) et de nombreux chapitres de livres et son index H est de 66 (Source : Web of Science). François Dabis a publié fin 2012 en tant que Rédacteur Coordinateur un ouvrage de référence en français sur l’Epidémiologie de Terrain.

François DABIS est directeur de l’ANRS depuis mars 2017.

Annabel Desgrées du Loû

Annabel Desgrées du Loû

MEMBRE

Annabel Desgrées du Loû est directrice de recherche en démographie à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

Après des études de biologie à l’Ecole Normale Supérieure à Paris, elle a fait une thèse de démographie sur l’impact des vaccinations sur la santé et la mortalité des enfants en Afrique. Recrutée ensuite à l’IRD, elle a mené des recherches sur les enjeux démographiques et sociaux dans plusieurs champs de la santé :  la planification familiale, la prévention de la transmission mère-enfant du VIH/sida, la prévention du VIH/sida dans les populations vulnérables, la place de la maladie dans le parcours migratoire. Nourrie de sa double formation en biologie et en sciences sociales, elle privilégie une approche multidisciplinaire des questions de santé.

Actuellement au Centre Population et Développement à Paris (CEPED, UMR IRD-Université Paris Descartes), elle dirige l’équipe « Santé, Genre et Vulnérabilités au Sud », ERL INSERM 1244. Elle est directrice adjointe de l’Institut Convergence Migrations.

Eric Fleutelot

Eric Fleutelot

MEMBRE

Eric Fleutelot est le Directeur technique du pôle grandes pandémies du Département Santé d’Expertise France. A ce titre, il coordonne notamment l’Initiative 5% sida, paludisme et Tuberculose.

Il a précédemment été Conseiller régional en santé mondiale en Asie du Sud-Est, basé à l’Ambassade de France à Bangkok. Pour le Ministère des Affaires étrangères et du développement international, il supervisait et suivait les investissements français en santé dans 10 pays d’Asie du Sud-Est, faisant le lien également avec la recherche scientifique, les décideurs en santé publique et les différents opérateurs français.

Il a également été jusqu’en 2014 directeur général adjoint de Sidaction où il a contribué au développement de programmes communautaires d’accès aux soins et aux traitements principalement en Afrique Subsaharienne.

Eric Fleutelot a contribué au développement de programmes innovants, comme celui concernant les usagers de drogues au Népal, en partenariat avec Nava Kiran Plus. Il fait également partie de l’équipe qui a mis en place le plus important programme de soutien aux orphelins du Burundi, pays qui compte près de 2000 enfants rendus orphelins à cause du Sida.

Eric Fleutelot a été fait Chevalier de l’Ordre National du Mérite en 2007.

Fréderic Goyet

Fréderic Goyet

MEMBRE

Frédéric Goyet est médecin, spécialiste en santé publique, actuellement Référent VIH-IST-Hépatites de l’ARS Ile de France.

Il était auparavant conseiller pour la stratégie internationale du directeur du GIP ESTHER, organisme public français de coopération bilatérale en matière de VIH/sida et de santé, qui opère principalement au travers de partenariats hospitaliers. Frédéric a commencé sa carrière en tant que médecin dans l’Ethiopie rurale, au Soudan et au Cambodge pour des organisations humanitaires. En France, il a géré un réseau de professionnels de santé impliqués dans les soins pour les personnes vivant avec le VIH. Il a rejoint le ministère de la santé en 1996, et travaillé comme médecin inspecteur départemental, en charge des programmes de prévention et de soins pour le VIH/sida, des soins pour les prisonniers et les populations les plus vulnérables.

De 2001 à 2007, puis de 2011 à 2012, il a été détaché auprès du ministère des Affaires étrangères, comme conseiller pour le VIH/SIDA puis comme chef du bureau de la santé a la direction générale de la mondialisation. De 2008 à 2010, il a été détaché à la Commission européenne, Direction Coopération au développement, en tant que conseiller pour le VIH/sida, l’accès aux médicaments et les relations avec le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Il a ensuite été conseiller politique du directeur des relations extérieures du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, à Genève, où il était plus particulièrement chargé du suivi des processus internationaux pouvant intéresser l’activité, ou les ressources, du Fonds mondial (G8, G20, agenda post 2015…), de 2013 à la fin de l’année 2016.

Michel Kazatchkine

Michel Kazatchkine

MEMBRE

Michel Kazatchkine a été nommé Envoyé spécial du Secrétaire Général de l’ONU sur le VIH/Sida en Europe de l’Est et en Asie Centrale en juillet 2012. Le Professeur Kazatchkine a consacré les 30 dernières années à la lutte contre le Sida et la santé mondiale en tant que médecin, chercheur, diplomate et administrateur.

Le Professeur Kazatchkine a été membre de nombreux conseils d’administration et comités scientifiques internationaux.  Il a dirigé l’ANRS (1998-2005) et présidé le comité consultatif stratégique et technique sur le VIH/SIDA de l’OMS (2004-2007).  De 2005 à 2007, Professeur Kazatchkine a été Ambassadeur en charge de la lutte contre le VIH/Sida et les maladies transmissibles. En 2007, le Professeur Kazatchkine a été élu Directeur Exécutif du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, fonction qu’il aura exercée jusqu’en mars 2012.

Le Professeur Kazatchkine est Doctor Honoris Causa de Imperial College à Londres, de l’Université Libre de Bruxelles et de l’Université Catholique de Louvain. Il est Officier de Légion d’Honneur et de l’Ordre National du Mérite et Officier de Ordres Nationaux du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et d’Ouzbékistan.

Mathieu Lamiaux

Mathieu Lamiaux

MEMBRE

Mathieu Lamiaux est Directeur Associé au bureau de Paris du Boston Consulting Group. Il est responsable du centre d’expertise « Santé » des zones Europe occidentale et Amérique du Sud. Mathieu Lamiaux est également un membre clé du comité Marketing, Sales & Pricing and Global Advantage.

Il coordonne également les activités de santé publique (Global Health) de BCG en Europe et travaille en étroite collaboration avec l’OMS, le Fonds Mondial, ainsi que des partenaires privés, dans la lutte contre le VIH-Sida, la tuberculose et le paludisme.

Diplômé de HEC Entrepreneurs, Mathieu Lamiaux a auparavant travaillé au sein de l’Agence Française de Développement au Cameroun et en Guinée Equatoriale.

Lelio Hernan Marmora

Lelio Hernan Marmora

MEMBRE

Juriste de formation, M. Marmora a travaillé dans plusieurs organisations internationales. Pendant 7 ans, il a dirigé à la Banque Mondiale des projets de transformation des systèmes de santé dans les pays bénéficiaires.

En octobre 2014, Lelio Marmora a été élu directeur exécutif d’Unitaid, fonction qu’il a exercé jusqu’en Mars 2020.

Auparavant, pendant ses 8 ans au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, il a occupé la fonction de Chef de Département Amérique Latine et Caraïbes, puis celle de Directeur pour l’ Afrique et le Moyen-Orient.

Par ailleurs, il a aussi travaillé au PNUD, à l’UNESCO et à la Banque Interaméricaine de Développement.

M. Marmora est membre de plusieurs conseils d’administration dans les secteurs public et privé.

 

Benoit Miribel

Benoit Miribel

MEMBRE

Benoit Miribel est le Secrétaire Général de la Fondation Une Santé Durable pour Tous depuis juin 2020. Il a été auparavant, directeur Santé Publique de l’Institut Mérieux (2018-2020) et directeur général de la Fondation Mérieux (2007-2018).

Il est également depuis juin 2013 Président d’Honneur d’Action contre la Faim (ACF), association qu’il a présidée de 2010 à 2013 et dirigée de 2003 à 2006.

Il préside le Centre Français des Fonds et Fondations (CFF) depuis juin 2015.

Auparavant, il a été Directeur Général de l’Institut Bioforce Développement (1997/2002) ; Directeur de la Communication et du Développement d’Action contre la Faim (1995/1997) après avoir été Responsable des Programmes au Liberia, Angola, Birmanie, Bosnie, Cambodge, Laos et Mozambique. Il a débuté son activité professionnelle à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon (CCIL), au sein de l’Aéroport de Lyon St Exupéry, comme chargé des études de lignes internationales.

Benoît Miribel assure également depuis juin 2015, la présidence de la Plateforme Logistique Humanitaire « Bioport » à Lyon. Il est co-fondateur du Forum Espace Humanitaire (FEH) et de la revue bilingue, « Alternatives Humanitaires », et membre fondateur de l’association, Friendship France, qui œuvre au Bangladesh.

Il a co-rédigé avec Alain Boinet en 2010, un rapport commandé par le Ministre des Affaires Etrangères et Européennes (B. Kouchner) sur l’évolution de l’action humanitaire et ses enjeux.

Il a également été membre du Haut Conseil de la Coopération Internationale (HCCI), de la Commission du Livre Blanc du Ministère des Affaires Etrangères (2008) et de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (1998-2001 puis 2011- 2013).

Diplômé de l’IEP Lyon et d’un DEA de Relations Internationales de l’Université Paris Panthéon Sorbonne. Il est Chevalier de la Légion d’Honneur.

Olivier Nay

Olivier Nay

MEMBRE

Olivier Nay est professeur de science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattaché au Centre d’études et de recherches administratives politiques et sociales (CNRS 8026).  Il y dirige le programme de Master 2 « Développement et Action humanitaire ». Il est également visiting professor à Columbia University en 2018 (New York).

Il fût conseiller principal auprès du Coordonnateur mondial de la lutte contre le sida à l’UNESCO, en partenariat avec le Programme ONUSIDA (2003-07).

Olivier Nay a été membre de l’Institut universitaire de France (2008-12), président de la section de science politique du Conseil national des universités (2009-2015) et vice-président de la commission permanente du Conseil national des universités (2011-15), vice-président de l’Association française de science politique (2010-16). Il est actuellement membre du comité exécutif de l’Association internationale de science politique.

Il est l’auteur de nombreuses publications scientifiques sur les organisations internationales, les politiques d’aide au développement et la production des normes internationales relative au développement.

Anna Laura Ross

Anna Laura Ross

MEMBRE

Anna-Laura Ross est actuellement « Strategy Technical Manager » à Unitaid.

Elle a été précédemment responsable du service des affaires internationales et des relations scientifiques à l’ANRS.  Dans ce rôle, elle dirigeait le développement et la mise en œuvre de la stratégie scientifique internationale de l’agence. Ses fonctions comportaient en particulier l’identification et la promotion de partenariats avec les organismes institutionnels, tels que les instituts de recherche, les agences de financement, des agences de l’ONU et les partenariats internationaux de santé.

En parallèle, Anna Laura Ross dirigeait la coordination scientifique et stratégique du programme Towards an HIV cure pour l’IAS.

Au sein de l’ANRS, elle a auparavant été responsable du service de Recherches Vaccinales et coordonné le programme de l’agence dédié au développement des vaccins contre le VIH/Sida, en collaboration étroite avec le directeur du programme scientifique. Avant de rejoindre l’ANRS, Dr Ross a été chercheur postdoctoral au Medical Research Council LMB à Cambridge ainsi qu’à l’Institut Pasteur où elle a mené des recherches sur les mécanismes immunitaires innés de restriction contre le VIH-1.

Anna-Laura Ross est titulaire d’un PhD de l’université de Cambridge ainsi qu’un diplôme universitaire en « Global Health Policy » de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Benoît Vallet

Benoît Vallet

MEMBRE

Praticien hospitalier et Professeur des universités au Centre hospitalier universitaire régional universitaire de Lille de 1998 à 2013, et Président de la Commission médicale d’établissement de 2010 à 2013. Directeur général de la santé de 2013 à 2018 au ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes puis au ministère des Solidarités et de la Santé, et membre du conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 2015 à 2018.

Depuis 2018, Conseiller maître à la Cour des comptes (6ème Chambre), et enseignant à Sciences Po Paris.

Expérience :

  • Connaissance des systèmes de santé et des enjeux de santé publique nationaux, européens et internationaux ;
  • Gestion des crises sanitaires internationales (Mers-Cov, Ebola, Zika) et crises diverses ayant un impact sur le système de santé ;
  • Amélioration du dispositif de réponse du système de santé aux attaques terroristes ;
  • Mobilisation des partenaires nationaux ou internationaux autour d’enjeux de santé publique : tabac, médicament, sécurité internationale, résistance antimicrobienne, vaccination, renforcement des systèmes de santé, accès aux soins.
Stéphanie Tchiombiano

Stéphanie Tchiombiano

COORDINATRICE

Diplômée en science politique et en santé publique, Stéphanie Tchiombiano est maîtresse de conférences associée dans le département de science politique de Paris 1 Panthéon Sorbonne. Elle est la coordinatrice pédagogique du Master « Développement et Aide humanitaire ».

Elle a travaillé pendant plus de quinze ans dans le domaine de la santé en Afrique de l’ouest.  Elle a d’abord, et pendant huit ans, été déléguée de la Croix-Rouge Française (Niger, Togo, Mali, Tchad, Burkina Faso). Elle a notamment participé à la mise en place de plusieurs centres de traitement ambulatoire (CTA). Elle a ensuite été cheffe de mission pour l’ONG Solthis, au Niger, au Mali et en Guinée, pendant huit autres années, pendant lesquelles elle a essentiellement travaillé sur l’accès aux antirétroviraux pour les patients séropositifs et le renforcement des systèmes de santé. Elle a passé ensuite trois années au sein de FEI / Expertise France, pour l’Initiative 5% sida tuberculose et paludisme, dont elle a été la coordinatrice.

Elle partage aujourd’hui son temps entre l’enseignement universitaire et la coordination du think tank « Santé mondiale 2030 ».