Quoi de neuf en santé mondiale ? Septembre 2019

Comme chaque mois, découvrez les actualités de la santé mondiale en suivant le lien : https://www.scoop.it/t/sante-mondiale.
Cette revue de presse de rentrée n’est pas thématique (celle du mois prochain sera certainement consacrée au Fonds mondial … conférence de reconstitution oblige !).

Avant tout, nous souhaitions partager avec vous notre tribune, parue hier dans le Monde, sur la possible disparition d’une commission dédiée à la santé au sein de la Commission européenne, ce qui serait une erreur stratégique grave, comme vous le verrez ici.

Cet été, l’actualité de la santé mondiale aura été particulièrement forte en Afrique : mise en place d’une stratégie de riposte aux poussées épidémiques, traitements prometteurs contre le virus Ebola, épidémie de rougeole en RDC et lutte contre les faux médicaments.

Vous trouverez également dans cette revue de presse quelques articles faisant le bilan du G7… en dehors de quelques annonces de contributions au Fonds mondial (Allemagne, Italie et Union européenne), la santé mondiale n’aura malheureusement pas été en haut de l’agenda de ce sommet.

Nous vous proposons enfin un article de réflexion sur la sécurité sanitaire internationale, un entretien avec François Dabis, directeur de l’ANRS, sur les avancées des essais vaccinaux VIH, une présentation des enjeux de la prochaine réunion de haut niveau sur la CSU (couverture universelle en santé), un portrait de la nouvelle directrice d’Onusida (Winnie Byanyima), des propositions pour protéger l’intégrité des chercheurs en santé mondiale et un article sur le lancement de la conférence de reconstitution de Gavi qui se tiendra l’année prochaine au Royaume-Uni.

Quoi de neuf en santé mondiale ? juin 2019

Comme chaque mois, retrouvez notre revue de presse de la santé mondiale : https://www.scoop.it/t/sante-mondiale.

Comme vous le savez, nous alternons les revues de presse thématiques et les revues de presse généralistes. Ce mois-ci, notre revue de presse est généraliste, mais nous avons constitué pour vous deux « mini-dossiers » en lien avec l’actualité.

Le premier dossier porte sur la dernière Assemblée mondiale de la Santé, Conseil décisionnel suprême de l’OMS, qui se réunit chaque année au début de l’été et qui vient de se tenir, du 20 au 28 mai 2019 à Genève. L’un des grands sujets à l’agenda était la transparence sur le prix des médicaments. Après plusieurs jours de tractations, et une implication très forte des ONG internationales, l’Assemblée mondiale de la Santé a finalement adopté la « résolution transparence ». Cette résolution, non contraignante, invite les États-membres à renforcer le partage public des informations sur les prix réels payés et à améliorer la transparence sur les déterminants de ces prix afin de faciliter l’accès aux traitements. Nous avons sélectionné pour vous 5 documents, articles et tribunes en lien avec ce sujet important.

Le deuxième dossier porte sur les questions « Genre et Santé ». Nous souhaitions attirer votre attention sur la publication par le Lancet d’une série d’articles sur ce thème, sur l’index Genre des ODD (dont les résultats – peu brillants – ont été présentés lors de la Conférence Women Deliver) et sur les enjeux spécifiquement féminins des programmes de nutrition.

Enfin, vous trouverez également dans cette sélection une petite synthèse du rapport d’Antonio Guterres sur les enjeux de la lutte contre le sida, un article collectif sur l’épidémie d’Ebola en RDC, un entretien avec Laurent Vidal sur l’espérance de vie en Afrique, une réflexion sur les questions éthiques liées à l’utilisation des données en santé et un lien vers « De facto », la revue mensuelle de l’Institut Convergences Migrations dont le dernier numéro est entièrement dédié à la santé des migrants et des exilés en France et en Europe.

Quoi de neuf en santé mondiale ? mai 2019

Pour le mois de mai, nous avons décidé de consacrer notre revue de presse aux soins de santé primaires, thématique choisie par la France en tant que Présidente du G7, pour la ministérielle Santé.

Newsletter-mars 2019 : Quoi de neuf en santé mondiale ?

santé mondiale 2030
Crédit : Santé mondiale 2030

Comme chaque mois, retrouvez notre lien scoop it sur les actualités de santé mondiale : https://www.scoop.it/t/sante-mondiale

Ce mois-ci, notre revue de presse n’est pas dédiée à une thématique spécifique et porte sur l’ensemble des enjeux de la santé mondiale.

Nous avons sélectionné pour vous une série de 4 articles sur les aspects économiques et financiers de la santé. Vous pourrez découvrir le rapport de l’OMS analysant l’évolution des dépenses en santé dans le monde, un article du Devex sur la mise en place du fonds EndHep2030 pour lutter contre les hépatites virales, l’annonce du Royaume Uni qui va accueillir la prochaine conférence de reconstitution de GAVI, et enfin un article revenant sur la réunion santé des chefs d’État africains, en marge du sommet de l’Union Africaine,  qui a souligné la nécessité pour les États de financer davantage le secteur de la santé (La tribune Afrique).

Quelques jours après la journée mondiale de la femme , nous avons également sélectionné pour vous 2 articles de la passionnante série du Lancet consacrée à l’égalité entre les femmes et les hommes en science, en médecine et dans la santé mondiale. Le premier promeut un « agenda de recherche et une méthodologie féministe ». Le deuxième, écrit par Richard Horton, présente ce qu’il appelle un échec mondial inexcusable : l’absence de véritable prise en compte des questions de genre par les acteurs de la santé mondiale.

Pour compléter cette sélection, nous vous soumettons un article présentant les enjeux de la mise en place par l’OMS d’un Index de la Couverture universelle en santé permettant d’évaluer son avancée dans le monde (The Lancet) et un autre sur la télémédecine et les difficultés qu’elle rencontre dans sa mise en place sur le terrain (The conversation).

Enfin, nous partageons avec vous deux appels à changer notre vision de la recherche : pour davantage de travaux interdisciplinaires sur le changement climatique, les migrations et la résilience des systèmes de santé (open for science) et pour prendre conscience de la vision encore trop coloniale de la santé mondiale (Harvard).

Très bon mois de mars à tous !

Que faut-il retenir de l’année 2018 en matière de santé mondiale ?

L’année 2018 aura été riche pour la santé mondiale, l’année 2019 devrait l’être plus encore. Nous avons sélectionné pour vous 10 évènements, décisions ou conférences qui ont marqué l’année 2018, en France et dans le monde. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive !

Vous pouvez consulter la version pdf en cliquant ici:

  • Lutte contre les faux médicaments en Afrique

Un médicament sur dix en circulation dans les pays à revenu faible ou intermédiaire est de qualité inférieure, ou falsifié.

En mai 2018, 25 pays francophones et 10 organisations internationales se sont entendus sur une série d’engagements, lors de la Conférence internationale de haut-niveau sur l’accès aux médicaments et produits médicaux de qualité en Afrique Francophone.  Cet enjeu est notamment important pour les pays du Sahel, zone prioritaire pour le gouvernement français à laquelle nous avons consacré une note : consultez là ici.

  • L’Initiative 5% passera à 7%

Créée en 2011, l’Initiative 5% s’est imposée au fil du temps comme un instrument central de la stratégie française en matière de santé mondiale. Suite à l’évaluation externe du dispositif, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a annoncé le passage à une « Initiative 7% » (7% des financements de la France au Fonds mondial seront donc désormais confiés à Expertise France pour assister techniquement les pays mettant en œuvre des subventions du Fonds mondial). La décision de rapprochement d’Expertise France et de l’Agence française de développement (prévu pour 2019) devrait également avoir un impact sur le dispositif institutionnel français en matière de santé mondiale.

  • Remise en question du discours dominant sur « la fin du sida »

47 chercheurs et militants de la Commission IAS-Lancet, dont Linda Gail Bekker, Serge Eholié ou Michel Kazatchkine ont mis en garde contre le discours dominant sur la fin du sida. Même si d’énormes progrès en matière de diminution de la mortalité due au VIH-sida ont été réalisés ces dernières années, peu d’avancées ont été obtenues dans la réduction des nouvelles infections et l’intégration du traitement de la maladie dans une prise en charge plus globale. Les membres de la Commission ont ainsi appelé à une approche nouvelle, plus globale, plus intégrée aux systèmes de santé. Ce thème avait également été l’objet d’un livre : « la Fin du sida est-elle possible ? ».

  • Organisation du premier Congrès international sur le paludisme

Face à l’absence de concertation entre les différents partenaires de la lutte contre le paludisme, un premier congrès international a été organisé en juillet afin de faire émerger des synergies, redynamiser la lutte contre le paludisme tout en l’intégrant plus largement dans le cadre des ODD et de la couverture sanitaire universelle.

De notre côté nous avons produit une note en réaction au film Malaria Business afin de mettre en garde contre les amalgames scientifiques véhiculés par le film à propos de l’utilisation de la tisane de feuilles d’Artémisia comme traitement contre le paludisme.

  • Tenue de la 3ème réunion de haut niveau des Nations Unies sur les maladies non transmissibles

Collectivement, le cancer, le diabète, et les maladies pulmonaires et cardiaques tuent 41 millions de personnes chaque année. Cette réunion de haut niveau en septembre dernier été l’occasion de faire le point sur les avancées et d’adopter de nouvelles mesures pour lutter plus efficacement contre les maladies non transmissibles. Il y a notamment été question de taxes, de prévention et de production de génériques.

Cette réunion a également été l’occasion de rappeler les conclusions du rapport « Time to deliver » de la Commission d’experts.

  • Première réunion de haut niveau des Nations Unies consacrée à la tuberculose

Rencontre politique la plus importante jamais tenue sur la tuberculose, cette réunion de haut niveau suscitait ne nombreuses attentes de la part de la communauté internationale. Notre note d’analyse en la matière revient sur les différents enjeux de la mobilisation internationale et fait des recommandations sur les stratégies à adopter. Les dirigeants mondiaux se sont ainsi engagés à ce que, d’ici 2022, 40 millions de personnes atteintes bénéficient de soins et que 30 millions de traitements préventifs soient fournis.

  • Signature d’un Plan d’Action mondial pour la santé mondiale

A l’initiative de l’Allemagne et du Ghana, les 11 principales organisations internationales impliquées sur la Santé mondiale se sont accordées sur le principe d’un “Plan d’action mondial pour la santé et le bien-être de tous“. L’idée étant de trouver de nouvelles modalités de coopération (alignement, accélération et recevabilité) pour diminuer la fragmentation, la duplication et l’inefficience de certaines actions. Ils ont un an pour finaliser ce plan, qui devra être présenté à l’Assemblée générale des Nations Unies, en septembre 2019.

  • Publication de la liste des 200 femmes francophones leaders en santé mondiale

Dans le secteur de la santé comme dans beaucoup d’autres, les femmes sont sous représentées dans les postes décisionnaires ou les fonctions les plus prestigieuses. Ce constat est particulièrement criant dans les pays francophones. L’initiative Women In Global Health, qui a l’habitude de mettre en lumière les femmes les plus engagées dans le monde a eu la belle idée de susciter une liste des 200 femmes francophones leaders en santé mondiale.  Bravo à elles !

  • Epidémie d’Ebola en République démocratique du Congo

En 4 mois, l’épidémie Ebola a fait plus de 300 morts dans le nord Kivu. Malgré la mobilisation rapide des acteurs, les campagnes de vaccination expérimentale et la disponibilité des traitements, la fin de l’épidémie semble encore lointaine. Le contexte d’insécurité et de méfiance qui règne dans le pays empêche les médecins d’accéder à certaines populations et donc de maitriser efficacement l’épidémie. Quand la guerre est une menace pour l’accès aux soins…

  • Annonce par la France de l’accueil de la prochaine séance de reconstitution du Fonds mondial

En mai, le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé l’accueil par la France de la prochaine séance de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le 10 octobre 2019 à Lyon. Cette décision, qui s’inscrit dans la ligne des grandes priorités de l’engagement français en matière d’aide au développement, est une occasion unique pour la France de réaffirmer son leadership en matière de santé mondiale.